vendredi 21 février 2014

Les chiens font pas des chats…épisode 3

             Il y a quelque mois, je vous avais fièrement présenté les logis de mes Pious envolés du nid, (en Suisse pour mon Grand Scientifique et en Haute-Savoie pour mon cadet Ecrivain/Musicien avec son amoureuse). Et après les univers des 2/3 de ma descendance (la chambre de Poussine Tornade est toujours en bazar et, si c'est sympa pour elle, ça l'est moins en photo sur ce blog), aujourd’hui je vous invite chez mes ascendants directs : ceux grâce à qui j’écris toutes ces inepties choses bigrement intéressantes ; ceux grâce à qui j’ai développé un goût immodéré pour le jardinage, la récup, la brocante, le bricolage mais aussi la douce paresse ; Ceux à qui j’en ai fait voir de toutes les couleurs mais pas toujours avec les fleurs du jardin…
Entrez donc dans le jardin de mes parents :

       Chez moi, euh...enfin chez mes parents mais je dis encore "chez moi" histoire de ne pas trop sentir le poids de mon déclin, Papa est en bas qui coupe du bois, maman est en haut qui fait du gâteau et ...Le cliché s'arrête ici car je n'ai jamais chanté "fais dodooo Colaaas mon p'tit frèreuh..." Primo parce que mon frère ne s'appelle pas Colas, et deuzio parce que je chante comme une casserole et que tout le monde me dit  "ferme-là, i va pleuvoir"... - Bon sang, mais j'y suis ! Ne cherchez plus les mystères des pluies abondantes qui nous ont frappés : cet hiver, j'ai été obligée de chanter plus que de raison pour faire plaisir à ma poussine Tornade. Mea culpa...-
Mais où en étais-je ? Oui, le duo complémentaire que forment mes parents ne se marche pas sur les pieds dans le jardin. C'est mon père qui oeuvre et ma mère qui approuve (enfin, pas toujours sinon c'est pas drôle). J'ai donc grandi, entourée de ce jardin dont j'ai le souvenir des moindres périodes de son évolution. C'est probablement ici, que j'ai été piquée au vert dès mon plus jeune âge. 
Un immense bassin avec plein de poissons qui fait la joie de ma Poussine comme il a fait la joie de ses grands frères et cousins et fera la joie des arrières-petits-enfants

Mes parents sont des chineurs invétérés : la gloriette en fer et les éléments de déco de leur jardin ne sont que récup'
Un simple laurier tin joliment taillé
C'est ici, sur ce petit morceau de terre que j'ai sévi avec ma pelle et ma mini-bêche pour la première fois. Bon OK, y a plus rien à voir mais fermez les yeux et imaginez...
    Séquence émotion : c'est ma première parcelle de jeux jardiniers ; j'étais une enfant calme et patiente (ahem...la plupart du temps), avec une forte propension aux occupations terreuses. Je m'étais donc approprié cet espace, alors plus grand vu que les lauriers-cerise étaient nouvellement plantés, et j'avais installé là des hémérocalles, un lilas, un rosier, diverses petites annuelles, et quelques légumes dont j'étais particulièrement fière ; je m'en souviens comme si c'était hier (faites bien la liaison "thièèr", ça le fait +). Avec mes yeux d'enfant, je trouvais mes créations fleuries franchement magnifiques. Puis discrètement, à l'aube de mon adolescence, alors que mon intérêt pour le jardin était en furieuse perte de vitesse, mon père a viré mes plantations : "c'est qu'il me faut de la place pour les dalles de l'étendoir" a-t-il mollement bafouillé pour se justifier lorsque j'ai protesté tout aussi mollement. Que dalle, ses dalles ! C'était juste un fouillis très moche mon jardinet mais il a pas voulu me vexer davantage ! 

Peu importe, l'incubation du virus du jardinage faisait déjà son oeuvre...

Des murets, des balustres, un petit abri pour la filtration du bassin : mon père construit absolument tout lui-même !
Des pervenches toutes fleuries colonisent une plate bande côté salle-à-manger d'été que je vous montrerai dans un prochain épisode. Voui, ça vaut le détour la salle à manger d'été de mes parents !
Un énorme galet, des conifères taillés en nuages, des plantes grasses ou une jarre géante fontaine assurent le décor permanent de la piscine auquel sont associées chaque année de nouvelles surprises
 

Du bois flotté négligemment posé sur une superbe jarre en ciment 1900. J'adore !
Un ancien porte-bouteilles est devenu tuteur de rosier grimpant...

           J'ai une tendresse infinie pour le jardin de mon enfance. Aujourd'hui, plus que jamais, je ne me lasse pas d'y passer un moment de paix, assurée de découvrir encore et encore une nouveauté végétale ou un élément de décoration insolite. C'est là que j'ai compris que cultiver son jardin est la clé d'une belle vitalité. Mes parents en sont la preuve vivante. Pour mon plus grand bonheur...
Vous avez vu là leur jardin tel qu'il est en cette fin de mois de février. Au printemps, l'exubérance des végétaux en fait un paradis terrestre hors du commun à mes yeux. Et puis surtout, il y a un potager...Je vous montrerai...


Alors ? Quand je vous dis que les chiens font pas des chats, vous voyez l'esprit ?

La jardinière en herbe, petite fille du soleil

23 commentaires:

  1. Ah, c'était chouette... j'ai bien aimé cette balade en jardin privé. Oui les chiens ne font pas des chats j'ai bien compris (nostalgie) quelle chance d'avoir fait tes armes dans ce p'tit paradis. C'est drôle je ne saurais pas dire ce qui fait que j'aime jardiner, si je n'y connais pas grand chose par contre c'est parce que je n'ai pas eu -comme toi- des parents jardiniers. Tu peux les remercier de t'avoir donner le goût et le savoir du jardin... c'est précieux. Les souvenirs et les émotions construisent la personne que tu es et font que tu aimes partager à ton tour et marquer de ta patte ton petit univers. Des bises et bon w-e

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, pour être juste, mon père a beaucoup tâtonné dans son jardin et commis beaucoup d'erreurs avant le résultat qu'on voit sur ces photos. Et, comme lui, j'ai moi aussi beaucoup tâtonné dans mes jardins...sans jamais me décourager parce que je jardin pardonne tout et toutes les erreurs :)

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup cet article. Les photos sont très jolies, on s'y croirait... Bises et bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de laisser ton impression ici ! ça me fait bien plaisir :)

      Supprimer
  3. Je me répète sûrement, et donc, tu le sais déjà, tu as beaucoup de chance d'avoir de tels parents. Chez moi, adeptes du moindre effort au jardin, les miens ont complètement ratiboisé le vieux jardin de ma grand-mère et du coup, moi aussi, j'ai des larmes aux yeux mais pas vraiment pour les mêmes raisons... Et aujourd'hui, je suis toute perdue dans mon jardin: j'achète et je plante n'importe comment !
    Et puis tu as du soleil !!! Doublement chanceuse que tu es ! Ici, il a encore plu cette nuit, rrhhh !
    Biiiiiiiiiises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'atavisme, ça te parle ? Alors, tu vas redessiner des jardins à la façon de ta grand-mère, c'est sûr ! Puisque je suis un peu en retard sur les billets des copinautes ce week-end, sûr que je vais en avoir la confirmation en allant faire un tour sur ton blog :) Des tonnes de bises !!!!!

      Supprimer
  4. Je vois que tu es allée à bonne école... et je crois qu'on pourrai toutes faire le même post ! Nos parents jardiniers ont semé les graines, et nous petites plantes devenues adultes, continuons de pousser et de semer aussi... Nos plantules prendront elles le relais ? J'en suis sûre... Chouette jardin que celui de tes parents ! Bon Week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a quand même un truc que je regrette : ma grand-mère, totalement illettrée et parlant difficilement notre langue, était une killeuse en plantes sauvages et leurs vertus médicinales ; elle cueillait des champignons parfaitement inconnus pour moi et m'expliquait comment ils fallait les cuisiner....bref, elle avait un savoir que j'admire encore aujourd'hui alors qu'elle n'est plus là ; savoir que je n'ai pas eu le temps d'imprimer dans ma tête de linotte :) Faut que je fasse comme elle : l'AUTODIDACTE :)

      Supprimer
    2. ....Et à demain pour une nouvelle semaine et sa plante !

      Supprimer
  5. Quelle superbe idée d'avoir écrit cet article ! C'est super émouvant et drôle à la fois, et je trouve ça génial de pouvoir remonter jusqu'aux racines de ta passion... Le jardin de tes parents est magnifique et je comprends qu'il t'ait donné le goût du jardinage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben Toupetipti, tes commentaires me font vachement plaisir ! Ta petite Puce va, elle aussi, faire partie de cette grande lignée d'amoureux du jardin ; d'ici là, sa maman va échanger et enrichir son savoir avec tous les connaisseurs et moins connaisseurs qui vont l'accompagner dans la construction de son jardin tout neuf :) On se lance avec toi hein ?

      Supprimer
  6. Super "reportage".j'adore cet article. C'est super que tes parents t’aient transmis l'amour du jardin (avec mon aînée,c'est pas gagné lol)
    Bon week end!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète pas : ton aînée s'y mettra forcément :) Quand on a une mère qui aime le jardin, ça laisse inévitablement des traces :D
      A tout bientôt et des bises !

      Supprimer
  7. Salut,
    remercie tes parents de t'avoir laissé tripoter la terre. Moi j'ai pu et je continue dans le jardin de mes parents... Même si comme le dit ma mère, ça n'a plus rien a voir. Il faut dire qu'elle n'avait pas particulièrement la main verte et surtout pas le temps. Mais elle est fière de ce que j'en ai fait et en général pleine de curiosité pour les folies végétales que j'introduis.
    Les grands-parents ont eus jusqu'à la fin des jardins ouvriers pour l'un et un balcon croulant sous les fleures pour l'autre.
    Mes deux pousses ont jardiné pour l'un, tellement qu'aujourd'hui c'est son métier et sa passion, l'autre profite surtout des plaisirs que donnent l'ombre pour bouquiner et la piscine en été, mais c'est bien aussi, elle a la critique acerbe et cela me fait avancer." Mum pourquoi as-tu planté cette c.... là, on s'y frotte tout le temps et on s'y pique. Ton dernier truc que tu appelles arbuste machin me fait éternuer", Et j'en passe... Mais en contre-partie elle fait des photos superbes (pas celles de mon blog) et admire mes travaux d'Hercule comme il se doit.
    Mais le principal : Moi j'y suis bien et je m'y ressource.
    J'espère bien que les petits futurs seront ravis d'avoir une mamie jardinière qui leur refile le virus.
    Attention il paraît que c'est hautement contagieux.
    Bisous et profite du jardin de chez tes parents
    Sabina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Touché juste Sabina : me projeter dans mon futur de grand-mère me réjouit grâce au jardin ; quand je dis que c'est dans les veines, je suis encore loin de la profondeur que représente la culture d'un bout de terre pour moi et la répercussion sur les miens :) Ta Pousse Fille, quant à elle, en est précisément au stade de l'incubation ;) On en reparle dans 5 ans, d'accord ? A très vite...

      Supprimer
  8. J'ai tout appris des jardins de ma mère - jardins campagnards - et des vignes soignées par mon père et ma mère! Ils n'ont jamais eu la belle maison familiale dont ils ont tant rêvé - et dont ma mère, à 90 ans, rêve encore - mais ils ont su construire dans leurs jardins loués ou dans la vigne héritée des paradis de fleurs pour faire des bouquets géants et colorés qui nous ont accompagnés tous pendant de très longues années.
    Je comprends ton attachement profond à ces lieux, moi qui me rappelle les odeurs des tulipes que ma mère cultivait, du goût délicieux des pois volés et de la voracité de la tortue lâchée dans les fraises...
    Le bonheur au jardin, ça se transmet, de génération en génération!
    Bon weekend!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel magnifique commentaire qui m'a plongée, en l'espace de quelques lignes, dans les couleurs, les odeurs et les goûts de ton enfance à toi ! Merci Gine :)

      Supprimer
  9. Alors tu fais la gréve de la réponse aux comm' !!? Ne casse pas va, j'ai compris : t'es au jardin ! Tu tailles, bines, ratisses ? Tiens au fait je fais quoi là moi ? Je bois mon thé et j'y retourne ! Je ne sais même pas où donner de la tête tellement j'ai à faire...arff
    Aller à plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zou, je commence par le dernier ; j'étais zen ouikind à Annecy ! Donc, pas de jardin mais de très belles balades ...je te raconte tout ça très vite et je rajoute que ça me touche que tu t'inquiètes d'une éventuelle grève : je peux gréver plein de trucs mais jamais mes aminautes jardinautes :D plein de bises !

      Supprimer
  10. Oui, pour moi l'émotion est souvent synonyme de cocasse :D
    A bientôt Claire !

    RépondreSupprimer
  11. J'adore cet article, et j'adore ce jardon, vu que je m'y suis sans doute fait contaminer aussi, et que dès que j'aurais autre chose que des pots en plastique, je m'y mettrai sans doute aussi!
    ... mais alors chez moi, ça sera optimisé pour la bouffe: potager verger!!
    On écrit laurier tin?! Dingue! J'ai toujours pensé que c'était laurier thym, c'est dire si je pense qu'à bouffer :)
    Flo

    RépondreSupprimer
  12. :D
    mmmmmm, potager, verger, on apprendra tout ça ensemble parce que c'est quand même pointu ! ça nous filera la patate et la banane ;)

    RépondreSupprimer