samedi 7 décembre 2013

Dans mon jardin d'hiver...

            ...A cette période de l’année, le matin à mon réveil, la lueur du jour point timidement. Je bois savoure mon premier café, prépare ma fille pour l’école, m’apprête vite fait bien fait aussi et il est déjà temps de partir travailler. A la fin de ma journée de femme active, alors que je rentre à La Maison, la blanche et douce lumière hivernale cède sa place au halo crépusculaire et j’ai à peine entrevu le jardin…
      Ce déroulé banal se répète, comme pour beaucoup d’entre nous, du lundi au vendredi malgré une pause le mercredi, occupée avec ma princesse. 
   Puis, il y a les "ouiquainds" : les pluvieux qui alourdissent tant mes bottes que je déclare forfait dès le premier pas dehors ; les très ventés qui rendent si périlleuses mes ascensions sur l’échelle en cette saison de taille de bois nus que j'abandonne piteusement ; enfin, il y a ceux où un gros rhume doublé de fièvre pour ma Tornade nous interdit toute escapade prolongée à l’extérieur. En cette froide fin d’automne, rares sont donc les moments que je peux m’octroyer dans le jardin. Lorsque je suis privée de ces vertes récréations, je mesure plus encore à quel point elles sont source de mon bien-être, de mon équilibre.
      Fort heureusement, il y a les jours de repos où il fait beau et doux, comme aujourd’hui et où ma fille est indemne de vilain virus. Alors, la fièvre de la terre s’empare aussitôt de mon esprit et de mes mains. Faut que je sorte dans le jardin, que je m’oxygène à sa vue, que je le touche, le caresse, le sente, que je prenne bien soin de lui, et aussitôt, je me sens bien…mieux.
 
Ultimes roses des jeunes The Fairy (gauche) et Little White Pet (droite)
Il y a 3 rosiers Mutabilis dans mon jardin
Je ne le regrette pas : ils sont encore en pleine floraison !
                                                                     


Le bois du poêle est bien rangé dans les "bacs retraités"
   
Ce groupe de plantes récup retraitées dissimule un groupe de climatisation et je vais parer les vilains bacs noirs plastik de...je ne sais pas encore...
La journée est terminée ; je rentre...à la lueur de mes guirlandes solaires Ikéa offertes par mon poussin bâlois
Je vous souhaite un très joli dimanche dans vos terres et vos comme en terre seront bienvenus ici 

La jardinière en herbe enracinée

11 commentaires:

  1. Coucou Aline et merci pour cette visite hivernale du jardin...
    L'arrière de la maison est plus joli avec le climatiseur caché par les plantes et les bois bien rangés.
    Et stop pour l'élagage, le professionnel fera ça un peu plus tard. Tu en fais déjà bcp.
    Et quelle bonne idée le sapin de Noël!
    A très vite. Contente d'avoir aperçu notre petite princesse.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Michèle pour tes encouragements ! En tout cas, le mûrier est déjà fait :) (par Olivier)
      Gros bisous à très très vite. J'ai hâte !

      Supprimer
  2. Moi aussi je suis assez désespérée de ne pouvoir jardiner en ce moment... le mistral a été terrible ces derniers temps, j'ai juste géré l'hygiène et le bien-être des poules mais pour le reste c'est la cata (j'ai même encore des bulbes à planter, c'est dire) quel retard !

    RépondreSupprimer
  3. Pour les bulbes, pffffffff, j'ai même pas essayé ; je me réserve ça pour l'an prochain car je ne doute pas une seconde que l'an prochain, je serai plus organisée et que le vent nous épargnera. La propension à l'optimisme démesuré des jardinières n'est plus à démontrer, hein ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'année prochaine ?! Nan, moi c'est dès que possiiiiiiible que je vais planter mes bulbes et même si c'est le 24 décembre et à la frontale ! Vous avez dit optimiste ? Je dirais masochisme, obstinisme (ça n'existe pas? ah bon enfin t'as compris l'idée : le butisme de la jardinière quoi)

      Supprimer
    2. Ben, tu sais quoi ? Ton obstinisme/butisme est une véritable émulation pour moi : c'est décidé, moi aussi je bulberai avant Noël ; nooon, mais...Allez, on se tient au jus :)

      Supprimer
  4. Une journée qui ressemble à celles que j'ai vécues pendant des années - la fille en moins! Quelle rage quand les weekends étaient pluvieux... Mais la retraite est un temps béni: le jardin est là, matin comme hiver, à portée des yeux et des mains. J'ai bien aimé ce billet et te souhaite une bonne semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et voilà, quand je te lis, il me prend l'envie d'être à la retraite ! Merci et bonne semaine dans ton jardin, veinarde :)

      Supprimer
  5. Très beau texte, avec mention spéciale pour l'orthographe de weekend! J'adore!
    Flo

    RépondreSupprimer